Simhat Torah : Hag Sameah ! חג שמח

Simhat Torah : Hag Sameah ! חג שמח

Simhat Torah

Se réjouir avec la Torah חג שמח

Vendredi 13 octobre octobre 2017 . En cette fin de la période joyeuse des fêtes de Soukkot qui succède aux jours terribles (ou redoutables), nous souhaitons à nos amis juifs une bonne fête de la « joie de la Torah », Simhat Torah. C'est une fête joyeuse qui marque la fin du cycle annuel des lectures hebdomadaires de la Torah et de son recommencement.

En cette fin de la période joyeuse des fêtes de Soukkot qui succède aux jours terribles (ou redoutables), nous souhaitons à nos amis juifs une bonne fête de la « joie de la Torah », Simhat Torah. En Israël, Shemini Atseret et Simhat Torah ont lieu le même jour . En dehors d'Israël, le 1er jour de fête est consacré à Shemini Atseretet le 2ème jour à Simhat Torah.

Quelques informations complémentaires

C'est la fête de clôture à la fois des solennités de tichri, des fêtes de pèlerinage et du cycle agricole. Chémini Atséret exprime l'allégresse de l'agriculteur au moment de l'engrangement, et la joie du croyant d'appartenir au peuple qui reçut la Torah. En Israël, Chémini Atséret dure un jour et se nomme aussi Sim'hat Torah. En diaspora, cette fête de clôture s'étend sur deux jours : Chémini Atséret puis Sim'hat Torah. A cette occasion les fidèles dansent en farandoles joyeuses avec les rouleaux de la Torah. A Sim'hat Torah, toutes les synagogues du monde achèvent la lecture du rouleau de la Torah et reprennent au commencement.

Sources bibliques : - « Le huitième jour sera pour vous un appel de sainteté et vous approcherez un sacrifice au nom de l'Eternel, ce sera la clôture et vous ne ferez aucun travail.» (Lévitique vayikra XXIII, 36) - « Et le huitième jour, sera clôture pour vous, toute œuvre de travail vous ne ferez pas, et vous offrirez un holocauste de feu, odeur agréable à l'Eternel. » (Nombres bamidbar XXIX)

Sens : - « Chemini Atséret est une fête en elle-même (en diaspora, le second jour se nomme Sim'hat Torah), c'est pourquoi on ne prend pas son repas dans la souccah et on n'agite pas le loulav. Cette fête est comparée au dernier repas qu'un roi offre à son fils qui déclare : Mes enfants, il m'est difficile de me séparer de vous, restez encore un jour. » (D'après Rachi sur Vayikra) - « Rabbi Lévi enseigne : Le Saint, béni soit-Il voulut offrir pour chaque mois d'été, une fête à Israël : En nissan Pessah, en iyar le second Pessah (pour celui qui n'aurait pu faire le premier), en sivan, Chavouot. Quand les enfants d'Israël commirent la faute du veau d'or, Il annula les mois de tamouz, av, éloul. Quand arriva tichri, Israël se repentit, alors le Saint, béni soit-Il, offrit trois fêtes Roch Hachana pour compenser tamouz, Kippour pour compenser av et Soukot pour éloul. Il manquait une fête pour tichri, Il donna Chemini Atséret. » (D'après Pessikta de rav Kahana)

Source : Consistoire de Paris

En savoir plus sur CHABAD.com

Chants 'hassidiques de Sim'hat sur le site CHABAd.org