Shabbat et dimanche : y a-t-il eu substitution ?

Shabbat et dimanche : y a-t-il eu substitution ?

Shabbat et dimanche : y a-t-il eu substitution ?

Mardi 27 novembre 2018 à 20h30

Par Danièle Martin

PAF 5 €
Lieu – Salle Gerlier, Maison diocésaine, 6 Avenue Adolphe Max, Lyon 5e.

Danièle Martin est étudiante de master en théologie. Elle  travaille sur les relations judéo-chrétiennes au cours des âges.
Elle est co-auteure d’ouvrages sur les relations judéo-chrétiennes, en particulier à la Renaissance.

L'étude des textes des Pères de l’Église des premiers siècles de l’ère commune concernant leur attitude par rapport au shabbat révèle un paradoxe : ils critiquent la pratique du shabbat et rejettent la valeur théologique du shabbat lui-même, pour lui préférer le dimanche qui a émergé, peu à peu, comme le jour de culte des chrétiens.
Mais, lorsqu’en 321 l’empereur Constantin accorde à l’Empire un repos hebdomadaire le dimanche, les Pères, faute de textes adéquats dans les évangiles, déplacent les caractéristiques du shabbat et sa justification sur le dimanche qui apparaît alors comme le substitut du shabbat.
L'accomplissement de cette synthèse a duré quatre siècles et a entraîné de nombreux conflits.
Cependant est aussi apparue une réflexion autour d’un jour mis à part pour Dieu et pour une célébration de la vie. La lecture spirituelle du shabbat par les Pères prépare le transfert vers la spiritualité du dimanche. De plus, de nombreux juifs et chrétiens attendent le huitième jour, l’accomplissement ultime du shabbat et du dimanche.
En replaçant le débat shabbat/dimanche dans un contexte actuel, il convient d’insister sur l’héritage commun des traditions juives et chrétiennes liées au shabbat et au dimanche : un temps de repos indispensable pour l’homme, au moins une fois par semaine, à défendre contre toutes les tendances capitalistes et matérialistes.